Pour ou contre étudier à l'étranger avant le bac ?

étudier à l'étrangerDès le lycée, votre enfant a la possibilité de partir étudier quelques mois ou même un an à l'étranger pour améliorer son niveau de langue et découvrir d'autres méthodes de travail. A priori, un tel séjour ne présente que des avantages. A condition de bien savoir à quoi on s’engage.

 




Une grande décision

Un séjour de longue durée n’est pas un simple séjour linguistique ! C’est une expérience de vie qui va bien au-delà du simple apprentissage d’une langue. Si votre ado éprouve l’envie de s’y confronter, discutez-en sérieusement avec lui pour bien connaître ses attentes et définir la formule qui lui conviendra le mieux.
Du point de vue de l’enrichissement interculturel, la formule la plus profitable reste l’hébergement en famille d’accueil. Ce séjour permet au jeune de vivre dans une famille bénévole pendant son séjour et de suivre la scolarité du pays dans un établissement public secondaire. Il est considéré comme un membre à part entière de la cellule familiale et devra, à ce titre, s’impliquer dans la vie de famille (aider aux tâches ménagères, participer aux sorties proposées…).

Quand partir ?

Ce type d’expérience est déconseillé avant 15 ans. A 15 ans, les capacités d’adaptation sont encore assez développées pour que l’adolescent s’imprègne sans problèmes d’une langue étrangère et de nouvelles structures. 
Sachez que le moment idéal n’est pas lié à la classe du jeune – même si la seconde peut être préférable car dénuée d’échéances - mais à sa maturité et à sa détermination. En la matière, votre enfant est sans doute le meilleur juge car c’est lui qui fera de son séjour un atout ou non.
Son niveau linguistique, ses motivations, ses résultats scolaires constituent les principaux critères permettant à des spécialistes d’apprécier l’opportunité de la candidature. Cela dit, ce type de séjour peut être également profitable aux élèves dits « en difficulté » pour s’améliorer en langues et gagner en autonomie.
Car si le sentiment d’isolement dû au barrage de la langue, aux nouvelles habitudes à acquérir dans la vie quotidienne peut rendre les débuts difficiles, les bénéfices à tirer d’une telle expérience ne sont plus à démontrer. Comme l'élève suit la scolarité correspondant à son âge comme n'importe quel élève de l'établissement sans cours particuliers pour étrangers, il acquiert rapidement non seulement une maîtrise réelle de la langue mais aussi autonomie, maturité, des qualités d’adaptation et de confiance en soi

Combien de temps ?

L'année complète est souvent l'objectif de départ, un trimestre ou un semestre ont aussi leurs avantages. Le bénéfice en matière de langue sera peut-être moins important, mais trois mois permettent déjà de réels progrès.
Attention toutefois au troisième trimestre qui s'arrête fin mai dans certains pays et qui est une période d'examen en France. Enfin, il est aussi possible de choisir les deux mois d'été dans l'hémisphère sud, notamment en Australie, période pendant laquelle les élèves vont en classe.
Le jeune qui part une partie de l'année et craint de prendre du retard sur une matière peut aussi suivre les cours à distance proposés par le Cned.

Où partir ?

Apprentissage de l'anglais oblige, les pays anglophones sont privilégiés et tout particulièrement la Grande-Bretagne, l'Irlande, les Etats-Unis et l'Australie. Plus de 80 % des séjours de longue durée se déroulent dans trois pays anglophones, les Etats-Unis, l’Angleterre et l’Australie.
Il existe également de nombreuses possibilités de séjour en pays hispanophones (Espagne ou l'Amérique latine) et germanophones (Allemagne et Autriche).

N'oubliez pas de vous renseigner sur les formalités à remplir pour partir à l'étranger.


Pour plus de renseignements, consultez  www.unse.org qui regroupe neuf spécialistes de ces séjours longue durée.